lundi 6 octobre 2008

Plus Jamais !

Il y a deux mois, Fredy était assassiné de trois balles dans Montréal-Nord.

Il y a un an, Quilem était tué de six décharges de taser dans St-Michel.

PLUS JAMAIS!

:::::
11 OCTOBRE 2008
GRANDE MANIFESTATION FAMILIALE
14h00 au parc Pilon (coin Henri-Bourassa et Pie-IX)
:::::


[Pour se rendre au lieu de départ de la manifestation (parc Pilon), vous pouvez:
-> vous rendre au métro Pie-IX et prendre l'autobus 139 nord jusqu'à la rue d'Amos, qui est face au parc Pilon;
-> vous rendre au métro Henri-Bourassa et prendre l'autobus 69 est jusqu'à la rue Gariépy, qui est l'arrêt tout juste avant le boul. Pie-IX, en face du parc Pilon.]


Tout le monde connaît l'histoire de Fredy Villanueva, cet adolescent lâchement assassiné par la police dans un parc de Montréal-Nord pendant que deux de ses amis étaient grièvement blessés. Depuis 1987, c'était la 43e fois qu'une personne était tuée par des agents du Service de Police de la Ville de Montréal (SPVM), qui n'ont jamais été condamnés, dans tous ces cas, ni pour meurtre ni pour homicide involontaire.

On sait que le SPVM a procédé à l'arrestation violente de Villanueva sans lui dire qu'il était en état d'arrestation. On sait aussi que l'agent Lapointe, pour pouvoir enfin se sentir en sécurité, a dû tirer trois balles dans le corps de Fredy, pourtant non-armé. Pour faire la lumière sur les évenements, le gouvernement utilisera une méthode douteuse: ce sera la police qui enquêtera sur la police.

Il y a à peine un an, Quilem Registre était tué par six décharges de tasers à Saint-Michel. Les policiers impliqués n'ont jamais été interrogés par les enquêteurs. Quant à Mohamed Anas Bennis, ce musulman sans histoire a été tué alors qu'il circulait à proximité d'une opération anti-terroriste. Selon la version officielle, il aurait attaqué un policier à l'aide d'un couteau de cuisine sur lequel les enquêteurs n'ont même pas pris la peine de relever les empreintes.

Face à de tels constats, on ne peut que réclamer la tenue d'une enquête publique et indépendante sur la mort de Fredy. Mais cette simple revendication ne s'acquiert pas facilement. Ça a pris plus de deux ans de lutte pour que l'État accepte de mener une telle enquête sur la mort de Bennis et elle est actuellement contestée devant les tribunaux par la Fraternité des policiers et policières de Montréal. Comment veulent-ils qu'on ait confiance en eux s'ils s'opposent par tous les moyens à un peu plus de transparence?

Le profilage racial, le harcèlement envers les jeunes qui chillent, les fouilles abusives, etc. sont des pratiques courantes employées par les policiers. En janvier dernier, le SPVM était d'ailleurs formellement déclaré coupable de pratiques discriminatoires et de profilage racial par la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Dans les quartiers pauvres de Montréal, tous les jeunes ont des histoires choquantes à conter sur les flics. Ce n'est pas compliqué, peu à peu, la crainte du SPVM s'est durablement installée au sein des populations pauvres, jeunes et immigrantes. Le lendemain de la mort de Fredy, dans les quartiers défavorisés de Montréal, la question était sur toutes les lèvres: «Et si ça avait été mon ami, mon frère, ma soeur?»

Nous ne tomberons pas dans la dénonciation facile des émeutes, comme l'ont fait quelques groupes communautaires en manque de fonds gouvernementaux. Ce type d'événement, qui ne cesse de se reproduire dans le monde entier, est inévitable lorsqu'une classe sociale sans avenir se retrouve confrontée à la mort de proches. Tant qu'on ne fournira pas à toute la population des conditions de vie dignes des possibilités humaines, des révoltes légitimes éclateront.

Nous devons le crier haut et fort: plus jamais nous ne voulons que l'un de nos frères tombent sous les balles du SPVM! Nous devons organiser, dans la rue, une réponse politique collective. Sinon, les forces policières profiteront des événements pour augmenter la répression. Nous devons donc être présent en grand nombre à la grande manifestation familiale, le samedi 11 octobre à 14h.

13 commentaires:

marc a dit…

Salut les Républiclins! Allez-vous aussi manifester pour: "Possession d'une arme militaire. Deux proches de Fredy Villanueva arrêtés"? Allez-vous demander la démission du maire de l'arrondissement? :)

Ces deux personnes ont sûrement été victimes d'abus de pouvoir.

Coco libre a dit…

La police fait partie de l'État! Les médias complices!

La police et les politiciens sont pour la répression lorsqu'ils pensent que les lois ne sont pas respectées. Plusieurs concitoyens pensent ainsi...Ce qu'on veut c'est que la justice triomphe et non le rapport d'une police qui enquête sur une autre police et dont l'État même est juge et partie. C'est une preuve évidente de conflit d'intérêt...

La réalité est que ces mêmes intervenants, ou ce que j'appelle l'État montre son vrai visage en transgressant lui-même ses propres lois. Il le fait justement en ne permettant pas d'enquête publique et non-partisane pour faire toute la lumière sur leur rôle réciproque dans les dossiers de répressions policières depuis les 10 dernières années à Montréal en particulier,Montréal-Nord, Ville St-Michel, etc...

Je trouve aussi les médias complice du gouvernement dans cette attaque en règle contre les droits des citoyens(liberté, égalité et fraternité) en tentant de créer un climat de peur prétextant qu'il y aura "du grabuge" à la manifestation de samedi(j'y serai et soyons-y en grand nombre) parce que des citoyens du Collectif opposé à la brutalité policière(COBP)seront présents. Au médias, je dis: cessez votre acharnement à propager l'image que nous sommes tous(les plus démunis) des criminels avant d'être jugé!!!

Entre citoyens nous sommes en mesure de gérer les briseurs à moins que ce soit des agents doubles! Nous souhaitons tous la paix et non la violence donc que la police se calme!!

Il serait plus opportun pour les médias de parler des revendications de Montréal-Nord Républik avec les quelles je suis en accord totalement.

Allons tous à la manifestation de samedi et exigeons une enquête publique et indépendante pour faire la lumière sur la mort de Freddy mais aussi les autres morts suite à de la brutalité policière.

Cessons de juger les autres sans qu'ils aient eu la chance de se défendre! Je suis pour la vérité, la paix et le respect des autres.

À la police, entrez dans vos postes et attaquez-vous plutôt au vrai criminels, ceux de Wall Street qui sont responsable de la crise économique actuelle la pire depuis les années 30. Eux et les gouvernements sont les vrais responsables de la pauvreté et pourtant ils s'en sauvent! L'argent avant l'humain et le citoyen! C'est pas normal! Il faut que ça change...

Chers concitoyens de Montréal-Nord, c'est à titre de simple citoyen de Verdun que j'appuie votre lutte et je serai présent à vos cotés pour que la justice et la vérité triomphe.

Citoyens,le pouvoir nous appartient!

Choukha a dit…

bonjour à toutes et tous,

Que la transparence se fasse. Si personne n'a rien à se reprocher il me semble que la demande d'une enquête indépendante est légitime.

Faisons-le savoir samedi le 11/octobre 08 à 14 hres, au Parc Pilon.
Venez en grand nombre.

Chouhka.

B~E a dit…

"La réalité est que ces mêmes intervenants, ou ce que j'appelle l'État montre son vrai visage en transgressant lui-même ses propres lois. Il le fait justement en ne permettant pas d'enquête publique et non-partisane pour faire"

Écoute, il n'existe pas de loi imposant une enquête publique.

Bisbille 101 a dit…

Voici le résultat d'une enquête qui tombe à point. Il s'agit d'une enquête menée par André Marin, l’Ombudsman de l'Ontario, au sujet de l’Unité des enquêtes spéciales qui est investi des pouvoir d'enquêter sur la police. Marin découvre et dénonce une culture de la complaisance au sein de l’UES.

http://www.ombudsman.on.ca/fr/media/press-releases/special-investigations-unit-must-dispel.aspx

17octobre1961 a dit…

Camarades, souvenons-nous !
Une attaque contre un est une attaque contre tous !

Il y a presque 3 ans, le 27 octobre 2005, en France, à Clichy-sous-Bois, deux adolescents, Ziad Benna et Bouna Traoré, ont été tués dans un transformateur électrique où ils s'étaient réfugiés pour se protéger d'une nouvelle rafle policière. Des émeutes avaient suivi à travers tout le pays durant près d'un mois. Des centaines de jeunes avaient été arrêtés, plusieurs avaient été condamnés à des mois de prison ferme.
Le 9 août 2008, à Montréal-Nord, des flics ont tué Fredy Villanueva et ont blessé ses deux amis, Jeffrey Sagor Metelus et Denis Meas. À nouveau, la colère de la jeunesse a explosé. À nouveau, des arrestations ont eu lieu et une campagne de salissage des jeunes de la ville a été orchestrée dans les médias.

Levée de toutes les inculpations. A bas la terreur policière raciste ! Policiers assassins!

Montréal-Nord comme Clichy-sous-Bois sont parmi les villes les plus pauvres de leur pays respectifs. Beaucoup d'immigrés y ont élu domicile et sont touchés de plein fouet par le chômage. Tout comme en France, les communautés noires et latino-américaines sont constamment victimes de « profilage racial » de la part des flics. Ce qui crée une véritable terreur raciste policière que doit subir la jeunesse d'origine immigrée dans ces deux pays.

En France, comme au Canada, la « guerre contre le terrorisme » sert de mot de code pour rendre responsables des communautés entières, les musulmans en tête, de tous les maux de la société et renforcer l’appareil de répression de l’Etat capitaliste. Le ministère de la sécurité publique du Québec a admis que la police avait tué en moyenne une vingtaine de 20 personnes par an depuis 2005 ( dont un immigré polonais, Robert Dziekanski, à l’aéroport de Vancouver à l’automne 2007. Son assassinat, filmé par un voyageur, avait fait le tour du monde).
Les attaques de l'État, en France comme au Canada, contre toute une génération de jeunes a pour but d’attiser la division dans la classe ouvrière multiethnique du pays, dans un contexte d’attaques féroces contre l’ensemble du prolétariat et d’une résistance ouvrière croissante.

Il faut mobiliser le puissance de la classe ouvrière !

Nous ne pouvons avoir confiance dans l'État bourgeois raciste qui lance ses policies à nos trousses pour nous assassiner. L'Etat qui comprend la police, les tribunaux et les prisons, est un instrument de domination de la classe capitaliste, pour réprimer la classe ouvrière et tous les opprimés. Ils sont les chiens de garde de la bourgeoisie, et non pas des « travailleurs en uniforme » On ne peut pas modifier ou adoucir la police. Mettre fin au profilage racial et aux meutres de la police signifie mettre fin au système qui la fait vivre: il faut détruire l'État capitaliste et le remplacer par le pouvoir ouvrier.
Pour cela, les ouvriers à Montréal doivent prendre fait et cause pour les jeunes assassinés :Une attaque contre un est une attaque contre tous ! Si les ouvriers laissent leur jeunesse se faire abattre sans protester, ils seront les prochains sur la liste. Il faut des manifestations centrées sur la classe ouvrière. En effet, seule la puissance sociale de la classe ouvrière permet à la colère des jeunes des minorités opprimées de s'exprimer politique et offre la possibilité d'en finir avec ce système capitaliste pourri et raciste.

Il faut une solidarité de classe entre les ouvriers et les jeunes des minorités !

Bisbille 101 a dit…

Écoutez les potes!

La police de Montréal est composée d'une majorité de ripoux.

Ces gens n'ont aucune réticence à se parjurer, à fabriquer de la preuve, à inciter des enfants à mentir pour incriminer leurs parents, habituellement le père. De plus ces crapules bénéficient de la complaisances des ordures en toge de juge au service d'un état qui sombre rapidement vers le fascisme.

Annie Vigeant #4350 SPVM complice d'acte criminel

http://bisbille101.blogspot.com/2007/08/blog-post.html

Yves Beaulieu # 1301 SPVM complice d'acte criminel

http://www.fathers-4-justice.ca/fr/mtl/affaireCamille.html

Il faut de toute urgence demander une commission royale d'enquête sur l'administration de la justice au Québec car les vermines en toges de juges autorisent ces exactions. Ils ne sont plus des magistrats, ils sont des pantins au service d'un régime qui n'a cure de vos droits et libertés.

17octobre1961 a dit…

Non vraiment Bisbille...demander une commission royale afin d'enquêter sur les flics ripoux ne donnera rien. C'est l'État qui paye les flics (qui sont les Chiens de garde de la Bourgeoisie).

Et puis, les flics ne sont pas tous ripoux. Mais qu'est-ce que cela change ? Ils restent les agents du Capital pour réprimer les minorités et tous les travailleurs en lutte. C'est leur boulot. Lorsque l'État français a demandé aux flics parisiens de rafler officiellement 13 152 Juifs les 16 et 17 juillet 1942, est-ce que les 9000 flics mobilisés étaient des ripoux ou des fascistes ? Non. Ils ont honnêtement fait leur travail qui est LA RÉPRESSION D'ÉTAT.Point final.Peu importe qu'un flic soit gentil, bon père, bonne épouse...quand l'État leur donne l'ordre de rafler, réprimer voire assassiner, ils le font. Avec plus ou moins de zèle, mais ils le font. S'ils refusent de le faire, ils quittent la Police (ou sont virés)mais alors ce ne sont plus des flics...

Bisbille 101 a dit…

Le problème est plus profond. Lorsque le législatif, l'exécutif et le judiciaire agissent de concert au service d'une idéologie, nous entrons alors dans le domaine peu fréquentable de la tyrannie.

Extrait du préambule de la déclaration universelle des droits de l'homme de l'ONU : « Considérant qu'il est essentiel que les droits de l'homme soient protégés par un régime de droit pour que l'homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l'oppression. »

Or en réalité, nous ne sommes plus dans un état de droit. Quand les flics se permettent en toute impunité d'arrêter des citoyens chez eux, sans mandat, sur la base d'une simple déclaration mensongère corroborée par aucun témoin ni l'ombre d'une preuve, nous ne sommes plus dans un état de droit, nous sommes sous la botte d'un régime comparable à Hitler ou Staline. C’est ainsi que j’ai été expulsé de mon domicile et de la vie de mes enfants en août 2001.

http://www.fathers-4-justice.ca/fr/mtl/hermil_histoire.html

http://www.fathers-4-justice.ca/fr/mtl/affaireCamille.html

De plus comme en URSS, l'état Québécois interne ses dissidents dans les hôpitaux psychiatriques pour les réduire au silence.

Daniel Bédard a été arrêté le 19 novembre 2007 à son domicile de Repentigny par les flics de la SPVM, sans mandat et est détenu depuis de manière tout à fait arbitraire depuis. L'Etat Québécois refuse de divulguer la "preuve" qu'il détiendrait contre lui et s'acharne à le trimballer comme un morceau de viande entre Montréal, Trois-Rivières et bientôt Québec sans jamais démarrer le procès.

Pour en apprendre davantage à son sujet

http://prevarication101.blogspot.com/

De cette sinistre réalité, aucun média n’ose l’effleurer, ne serait-ce que du bout des lèvres…

Et la vraie pourriture se situe au niveau des juges fripons de la cour du Québec, complices de ces actes criminels. Ces magistrats véreux sont mis en place pour protéger cette bande de flics corrompus qui vous tapent dessus. Voilà pourquoi une commission Royale d’enquête sur l’administration de la justice est essentielle pour rétablir un peu d’ordre au sein de nos institutions en décrépitude et questionner les responsables de ces exactions.

17octobre1961 a dit…

Voici une vidéo montrant la vie quotidienne des habitants de Montfermeil (ville adjacente de Clichy-sous-Bois)en France. Ils vivent une véritable terreur raciste...
www.lepost.fr/article/2008/10/21/
1293899_bavure-policiere-a-montfermeil-2-
policiers-en-garde-a-vue.html

respect a dit…

C'est vraiment incroyable de lire les commentaires sur ce blogue.Ce
n'est pas en ecrivant ce genre de choses que la situation va s'ame-liorer a Montreal-Nord. C'est facile de chialer mais de ne rien faire. Je suis convaincu que pour la plupart vous ne vivez pas a Montreal-Nord. Moi je suis un resident de Montreal-Nord depuis plus de 40 ans et je connais bien la situation. Votre theorie du complot est vraiment farfelue. Pour ma part je prefere aider les jeunes de Montreal-Nord en contbuant a l'operation bonne mine par exemple (car en restant a l'ecole les jeunes vont acquerir une formation qui va leur permettre de se realiser, de contribuer a la societe et a gagner leur vie), en appuyant les organismes communautaire (organisme La Releve, la maison des jeunes pres de chez moi), la St-Vincent-de-Paul pour les gens qui vivent des moments difficiles on contribue positivement a la societe. On peut tous ameliorer notre voisine pour autant qu'on s'en donne la peine.

marc a dit…

Salut respect! Je tiens à souligner que je suis originaire de la région de Lanaudière et domicilié dans la région de Toronto depuis 8 ans. Et que mon nom de plume est mon prénom.

Je suis d'accord avec toi quant aux propos tenus sur ce site web. Mais dans l'ensemble, ils me font rire. On y donne le bon Dieu sans confession aux bandits et on frappe à grands coups de pied sur la police. Les tenants de ces propos semblent même avoir une dent de manière tacite contre les pompiers. Souvenons-nous de l'émeute au lendemain de la mort de Fredy Villanueva; les pompiers s'étant vu refuser l'accès au secteur car ils voulaient éteindre des feux. Aucune excuse de la part des républiclins à ce sujet. Tellement ils sont biaisés.

Malgré ma distance de Montréal-Nord, si il y a un phénomène sociologique qui m'intrigue c'est celui ou une victime d'abus policier, ou ayant des démêlés, est "un bon p'tit gars qui ne ferait pas de mal à une mouche". Est-ce dur de comprendre mes ti-clins de Montréal-Nord Républik qu'on a beaucoup intérêt à collaborer avec les forces de l'ordre? J'ai été arrêté pour conduites avec facultés affaiblies il y a des années. Dans les heures suivant mon arrestation, JAMAIS n'ai-je osé insulter les policiers ou les défier. J'ai été acquitté soit dit en passant. Et je suis convaincu que ma collaboration et ma docilité ne sont pas étrangers à ce verdict. Tel que je vous connais les républiclins, vous allez penser que je suis un p'tit fils à poppa ou que j'ai fais une job de pipe au juge. Ni un ni l'autre. Mon comportement a sûrement fait comprendre que je n'avais aucune activité louche à cacher.

En terminant, si les policiers ayant tué Fredy étaient dans l'erreur, comment se fait-il qu'aucune vidéo n'existe? Serait-ce que les amis de Dany les ont effacé car ces images allaient se retourner contre eux??

commission johnson point d'interrogation a dit…

commentaire déjà transmis